20 fausses croyances sur le mal de dos – Partie 1

image accueil
Les fausses croyances jouent un grand rôle dans les douleurs lombaires. Nous allons essayer de les supprimer une à une.
  • Si mon disque est abimé (hernie discale, rupture du disque) je vais devoir me faire opérer
    Un disque lésé n’est pas forcément responsable de douleur, les opérations ne se font que lorsque les autres traitements ont échoué et que nous sommes sûrs que c’est cette lésion qui cause la douleur (pincement d’un nerf ou autre). En règle générale, les opérations ont lieu lorsqu’il y a un déficit d’ordre musculaire, la perte de sensibilité et la douleur ne sont pas des critères opérables.

  • Les radiographie, IRM, CT Scan identifient toujours la cause de ma douleur
    Il n’y a pas de corrélations entre les imageries et les symptômes des patients. Certains ont des douleurs et pas de « lésions » et d’autres n’ont pas de douleurs mais des « lésions » à l’imagerie.

  • Ma douleur est proportionnelle à la lésion tissulaire
    Comme expliqué précédemment, il n’y a pas toujours un lien entre une lésion tissulaire et une douleur. Et la douleur n’est pas juste une question de lésion, il y a beaucoup de facteurs qui peuvent augmenter ou diminuer la douleur

  • Si j’ai mal au dos, je dois rester coucher
    Non, l’important c’est le mouvement. Il est vrai qu’en position coucher, il y a moins de pression effectuée sur le disque intervertébral, mais 10 minutes en position allongée suffisent pour une bonne réhydratation du disque, donc pas d’excuse pour rester plus longtemps au lit ou dans le fauteuil.

  • Il y a des activités que je ne pourrai plus jamais faire
    Aucune activité n’est interdite pour quelqu’un qui souffre de lombalgie commune/aspécifique.

  • Impossible d’éviter la douleur lorsqu’on travail assis
    Il est important d’adapter son espace de travail, réglage du siège, hauteur du clavier et de l’écran, matériel à portée de mains, … Il est préférable de réaliser des petites pauses pour se lever et marcher un peu. Il est également possible de réaliser différents exercices, mobilisations, renforcements, étirements, tout en étant assis, sans entraver le travail.

  • Je ne dors pas la nuit à cause de mon mal de dos
    Il arrive souvent que ce soit le contraire, les maux de dos sont souvent en lien avec le contexte psychologique du patient, le stress, le surmenage, …

  • Lombalgie chronique veut dire incurable
    Chronique signifie que la douleur est présente depuis au moins 3 mois. Cela ne veut pas dire qu’elle restera à vie, ni qu’il y a des lésions tissulaires responsables. Il est fréquent d’avoir une boucle sans fin qui entretient cette douleur même si la lésion initiale a disparue. Les facteurs sociaux, comportementaux, cognitifs, psychologiques sont souvent des facteurs qui entretiennent des douleurs qui ne devraient plus être là.

  • Le mal de dos est généralement invalidant
    Chaque personne vit la douleur à sa manière en fonction de son atteinte, de sa personnalité, de son vécu. Certaines personnes ont des tolérances à la douleur plus importantes que d’autres.

  • Mon mal de dos va partir si le kiné/ostéo s’occupe de moi
    Les professionnels de la santé ont un grand rôle à jouer mais le patient doit être acteur de sa rééducation et se reprendre en mains !